Cidre de Glace du Québec

  • Cidre de Glace du Québec 0

La méthode d'élaboration :

Les pommes dont se sert la famille Petit pour obtenir le Cidre de Glace sont issues d’une cueillette tardive afin d’obtenir la maturité maximale du fruit.

Deux méthodes naturelles :

Elles sont utilisées dans la production du cidre de glace, soit la cryoconcentration et la cryoextraction.

  • La cryoconcentration ou concentration par le froid, a pour effet de concentrer le sucre contenu dans le fruit en gelant l’eau. Les pommes sont entreposées jusqu’à ce que les grands froids s’installent. À la fin décembre, on sort les bennes de pommes à l’extérieur pour les exposer aux quatre vents de l’hiver. En pressant la pomme gelée on en tirera un maximum de nectar. Le jus est ensuite exposé aux quatre vents du mont Saint-Hilaire afin d’assurer une concentration suffisante à l’obtention d’un pourcentage d’alcool voulu. les froides nuits d’hiver, la magie s’effectue dans les cuves. L’eau cristallisée sera récupérée afin de soutirer le nectar de pomme le plus concentré.
  • La méthode de cryoextraction est plus délicate car il est difficile de trouver des variétés de pommes qui peuvent geler sur l'arbre et y rester. On presse la pomme gelée que le froid a littéralement confite et qu'on cueille à la fin décembre ou au début janvier. Il en résulte un liquide extrêmement concentré qu'on fait également fermenter pendant de nombreux mois avant de l'embouteiller.

La dégustation :

Le nez :

Le nez est très aromatique, sur la pomme et une pointe de miel.

En bouche :

La bouche est d'une belle longueur, avec une attaque franche qui apporte de la fraîcheur.

La robe (couleur)

D'une robe jaune orangé soutenue.

Service :

À servir vers 4°, en apéritif, avec un fromage (Roquefort) ou en dessert (fondant au chocolat).

Où le trouver ?

À la cave "Et hop ! chez ma caviste" à Saint-Alban (22) ou 1020 chemin de la montagne, Mont-St-Hilaire, Québec (Canada).

Les vignobles Français et d'ailleurs , L'élaboration des vins doux , Le vin dans le monde , Une IGP pour le vin québécois