Le vin bleu

  • Le vin bleu 0

Le vin bleu fait voir rouge l’IGP Méditerranée 

Produite en Espagne, la gamme Vindigo n’a pas le droit d'indiquer « vin de la Méditerranée » sur ses bouteilles pour la fédération des vins de pays Inter Med, appuyée par l’INAO.

Avec le lancement de la marque Vindigo par le négoce sétois Méditerravin, le vin bleu a été baptisé « tendance de l’été » par les médias.
Mais si le buzz coloré autour de ce chardonnay espagnol suscite la curiosité des consommateurs, il irrite au plus au point Inter-Med. 
Défendant les vins à Indication Géographique Protégée Méditerranée, la fédération ne supporte pas la mention « vin bleu de Méditerranée » qui apparaît sur l’étiquette et les supports de communication de Vindigo.

Coloration naturelle : l'apport d’anthocyanes aussi en débat

Semblant submergé par l’intérêt fulgurant pour son produit (vendu 12 € en ligne), Vindigo fait face à une autre polémique, liée à son signe distinctif même : sa coloration naturelle.
D’après l’entreprise sétoise, ce vin est produit en Espagne « à base de raisins 100 % chardonnay, macéré avec des extraits de peau de raisin », le produit fini devant « sa couleur bleue élégante à un pigment naturel trouvé dans la peau de raisin, l’anthocyane ».

La polémique a en fait précédé en Espagne, où un "vin bleu" est apparu courant 2015, "Gïk", qui devait sa couleur bleue aux anthocyanes… mais aussi à des pigments d'indigotine (E132), dont la présence n'était pas explicitement indiquée sur l'étiquette. Au point que des supermarchés français, ayant importé le produit, ont dû finir par le retirer des rayons.

Photo : Gïk Live!

Un vin coloré en bleu peut-il être vendu pour du vin ?

Au-delà des règles de la chimie, se pose alors un autre débat, d'ordre œnologique : du vin bleu est-il encore du vin * ? "Un certain nombre de pratiques sont autorisées, mais pour les produits dérivés du vin", indique encore la directrice de recherches. Pour l'OIV (Organisation internationale de la vigne et du vin) sont uniquement définis, donc autorisés par les États adhérents à l'OIV (dont l'Union européenne), certains additifs et auxiliaires technologiques pour des usages bien précis, comme le montre la page XV du Code international des pratiques oenologiques. Les additifs qui affectent la couleur du vin sont ainsi soumis à une législation très stricte. Le code international stipule que toute boisson contenant un autre colorant que du caramel ou les colorants rouge et jaune (qui sont autorisés pour les "vins aromatisés", mais pas pour le vin, voir II.6.4-6 du codex oenologique) ne peut être vendu en tant que vin, mais seulement en tant que "boisson à base de vin" ou "boisson à base de produit vitivinicole", catégories les plus larges. 

* VIN : Le vin est d'abord défini par son processus d'élaboration. Car n'importe quel produit ne peut être vendu en tant que vin au motif qu'il est conçu au départ à partir de raisin : il doit être conçu selon un ensemble de méthodes rigoureusement codifiées. "Le vin est le produit obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique complète ou partielle du raisin frais ou du moût de raisins. Son titre alcoométrique acquis ne peut être inférieur à 8,5%", détaille l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV).